Dans quel temps êtes-vous ?

À plusieurs reprises, ces temps-ci, je me sens interpellée par des lectures ou des expériences liée au temps, que ce soit le passé, le présent ou le futur :

  • Invitation à être dans le présent.
  • Importance d’avoir une vision pour le futur.
  • Que faire avec le passé ?

Je vous les partage ici.

J’entends régulièrement l’importance d’être dans le présent – en présence. 

Eckart Tolle me le disait encore récemment (via une vidéo 😀) : il n’y a que celui-là, le présent, qui existe. Que le présent est une chose extraordinaire, quotidiennement négligé. Il est souvent vécu sans conscience. Or notre vie toute entière n’existe que dans le moment présent. Tout arrive dans le moment présent. Et quand nous nous en souvenons, c’est toujours le moment présent. Et quand nous pensons au futur, qui bien sûr n’arrive jamais comme un moment futur, nous y pensons au moment présent.

Je lis, dans un article du 2 avril1, que Boris Cyrulnick, neuropsychiatre, qui nous dit ceci : « La mémoire pathologique, c’est celle qui est prisonnière du passé. Cette mémoire est fixe. À l’inverse, la mémoire saine est évolutive, donc changeante. Quand le contexte change, les souvenirs changent eux aussi. Beaucoup de gens ont du mal à le comprendre, mais la mémoire, ce n’est pas le retour du passé. En neurologie, on dit que la mémoire est intentionnelle: on va chercher dans son passé les images et les mots pour construire un récit. C’est un passé qui s’inscrit dans l’anticipation. »

Il dit également : « Aujourd’hui, on se contente seulement de vivre au présent. Or, quand on vit uniquement présent, on ne peut pas donner sens. Le sens qu’on donne aux choses métamorphose la manière avec laquelle on les ressent. »

Et aujourd’hui, lors d’un atelier sur l’écoute auquel je participais, l’hôte nous invite à raconter une « future story telling ». La pratiquant comme coach, cela a été d’autant plus intéressant de me retrouver dans la situation de raconter une situation que je vais vivre dans le futur en la racontant comme si elle s’était déjà passée.

Raconter non seulement ce qui s’était passé mais également le contexte, les émotions vécues, faire réellement vivre à mon interlocuteur l’expérience « vécue ». Dans quel temps suis-je ?

Dans une expérience présente où je raconte une expérience passée qui va se dérouler dans le futur !

C’était magique. Le futur, je peux le construire. Cela m’a amené de la clarté sur mes intentions. J’ai senti là où je mettais de l’énergie et là où je n’en mettais pas. Mes mots créaient la réalité. La joie ressentie à raconter l’histoire me donnait envie de la vivre !

Ma réflexion actuellement : Comment être dans le présent tout en réservant du temps spécifique pour imaginer le futur en me servant à sa juste place des expériences du passé ?

Et vous, comment vous situez-vous entre les trois temps ?

Anne de Beer
Activatrice d’humanité au travail

1 https://www.lecho.be/opinions/general/boris-cyrulnik-neuropsychiatre-nous-sommes-tels-les-anciens-romains-qui-valorisaient-le-plaisir-mais-ne-savaient-plus-se-battre/10377959

1 Comment

  1. Collignon

    Bravo Anne, très inspirant pour le rapport qu’on me confie , je vais l’inventer autour d’une histoire vue du futur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.